Conférence sur le PAYS DES MAHARADJAS en Inde du nord.

 

Sous un ciel gris et venteux St Orennais nous sommes partis nous réchauffer aux chaudes couleurs du pays des maharadjas, au Rajasthan, entre Bikaner, Thar, Jaipur, Jodpur, Jaïpur et le Taj Mahal.

 

Grand dépaysement entre l’Inde d’aujourd’hui grouillante de monde, de vaches, de charrettes et vélos, des petits commerçants potiers, graveurs et tisserands des rues avec celle des « Havelis » ces palais du 18ème, des grands commerçants sur la route de la soie, des étoffes, des épices, des pierres précieuses  et de l’opium.

Ce sont de grandes demeures avec de multiples pièces d’apparat, de salons, salles de jeux et boudoirs, couvertes de peintures murales  et de bois précieux ; aujourd’hui elles sont restaurées et souvent reconverties en hôtels de charme.

 

Ailleurs ce sont les « forteresses palais » des maîtres politiques régionaux et royaux, ces maharadjas qui contrôlaient (et parfois contrôlent encore)  la région rivalisant en guerres incessantes et en recherches continuelles de prestige, donc dans un mélange de férocité et d’extrême raffinement.

Ce sont de superbes citadelles de grès rouge ou de calcaire éclatant avec des pièces en enfilade et labyrinthe, et entre palanquins et chaises à porteurs, elles sont remplies de meubles et objets en argent et bois précieux rehaussés de minuscules miroirs incrustés ou plaqués de poudre d’or …

 

Partout la religion est présente autant dans l’extrême complexité des temples hindouistes, boudhistes, jainistes etc. que dans les rites de la rue autour d’une multitude de dieux , de déesses, ou d’animaux dans un encombrement de vaches, vélos, marchands ambulants d’épices, fleurs, légumes, fruits, boissons…

Des tombeaux, le plus célèbre reste le Taj Mahal du 17ème, synthèse de styles musulmans, turcs, byzantins et français, dans son éblouissante architecture pour une romantique histoire d’amour.

 

Hélène Mercadier

WM Saint Orens