Le musée subsiste par le prix – modeste – du billet des visiteurs, les cotisations de ses
membres et le formidable travail de ses bénévoles passionnés. Certains avions, récupérés
ont nécessité jusqu’à 6000 heures de travail avant de pouvoir être présentés !

Le musée

 

Il n’y a pas que des jets modernes

 

Le planeur biplace Bijave qui a servi longtemps à l’instruction des nouveaux pilotes

 

Et le planeur Javelot sur lequel étaient lâchés seuls les pilotes formés sur Bijave

 

Une assistance attentive aux explications du guide

 

L’avant agressif, indispensable aux grandes vitesses atteintes par ces aéronefs

 

L’avion de la Patrouille de France

 

La visite a également comporté des informations sur les moteurs et l’armement

Noel Drapier