Son histoire a débuté par le négoce de cidre, vin et spiritueux tout près du port de Paimpol en vue de ravitailler les commerces locaux et les goélettes en partance pour l’Islande.

Puis dans les années 80, le déclin de la consommation de vin donne l’idée aux successeurs de se consacrer pleinement à la production du cidre. Un gigantesque programme de plantation de vergers de variétés bretonnes est engagé. Aujourd’hui, la production de pommes est de 60 tonnes sur les 4 hectares appartenant à la famille et les 120 tonnes supplémentaires nécessaires à la production du million de bouteilles par an, proviennent de producteurs situés dans un rayon de 80 km autour de Paimpol.

           

Sachez que pour obtenir un bon cidre, il est nécessaire d’utiliser quatre sortes de pommes différentes : des douces, des douces-amères, des acidulées et des aigres.

Après avoir visionné un film d’une douzaine de minutes décrivant le cheminement de production du cidre depuis la pomme jusqu’à l’embouteillage, Anne-Sophie a répondu avec clarté aux nombreuses questions posées par les participants très intéressés.

Ce très agréable moment s’est prolongé par une toute aussi agréable dégustation des nombreux produits confectionnés par la cidrerie, bien entendu du cidre, la fameuse « bolée de Paimpol » brut, doux, fermier, bio, cidre blanc ou rosé, du pommeau, de l’eau de vie, ….. tout ceci avec modération, cela va de soi.

Solène