Comment est né Melun-Accueil (L’histoire de l’AVF Melun Val-de-Seine)   

Lors de la fin des «trente glorieuses», la province des greniers à blé et des grandes forêts de l’Île de France attirait les populations mutées à Paris et alentours. Melun s’ouvrait sur des champs bientôt couverts d’un habitat individuel autorisé par l’essor de l’automobile. Tout bougeait, tout changeait.

Les modes de vie évoluaient, les femmes commençaient à se libérer des astreintes ménagères et se trouvaient du temps quand l’économie tardait à les faire accéder à l’emploi. Ce temps de l’isolement dans la foule cherchait à se remplir, l’amitié le combla.

En 1976, Catherine CAMAU, arrivée six ans auparavant, se mit en rapport avec l’Association des Villes Françaises qui organisait des structures d’accueil. La commune de Melun l’y aida.

Une première réunion eut lieu à la «Maison des Jeunes et de la Culture». On y fut cinquante à chercher les moyens d’accueillir, d’écouter, d’informer, bref de créer un réseau d’amitié.

Un noyau de copines entoura Catherine qui cherchait à domicilier ce foyer d’activités où tout le monde trouverait la chaleur qui manquait à cette société dépaysée. Marc JACQUET, le Maire de l’époque, lui offrit le local qui reste actuel, où les pionnières reçoivent et partagent avec les jeunes qui ne connaissent qu’un âge, le premier, les autres qui totalisent les années se fondent dans le creuset chaleureux.

Tour à tour après Catherine, Françoise DE CUPPER, Lydie VERCELLOTI, Andrée PISSONDES, Lucette POIRIER, Bernadette PERREAU, Marlène DESTRADE, Gérard DEFER, Romanella TEMPESTINI, Lina ANSELME, Jacques CHEVALLIER, assurèrent la Présidence de Melun-Accueil (AVF MELUN Val-de-Seine). Aujourd’hui Michelle IANNETTA poursuit la tradition.

Le monde a changé. La ville a recouvert les champs de routes et de béton, mais les coeurs sont intacts. Melun-Accueil (AVF MELUN Val-de-Seine) sera longtemps encore le lieu d’écoute et de partage qui met du bonheur aux vies en quête de fraternité.